Les compos du WE – Bœuf Bourguignon

Qu’est-ce qu’on mange ce Week-End ?
Vous la sentez la marinade, avec l’oignon, les carottes et les clous de girofle ? Non ? Parce que si c’est pour demain votre bœuf Bourguignon, va sérieusement falloir y penser à la marinade.

Et on boit quoi alors ?
Avec un bœuf Bourguignon d’après vous ? oui oui …. un vin de Bourgogne ! Camille de La Cave de Lourmel (Paris 15) vous en propose un très abordable justement, du domaine Jean-Marie Bouzereau. Si vous cherchez davantage de puissance, choisissez plutôt une Planquette du côté du Médoc.

             

Vous en voulez d’autres ? Une autre compo est prévue la semaine prochaine !

Et si d’ici là vous cherchez désespérément à accorder vos plats, rendez-vous sur Accords Mets.

Vous avez une recette de famille que vous aimeriez accorder ? Soumettez-là nous, et on se fera un plaisir de la publier avec les quilles adéquates…

Spirituo accompagne l’ÉCU Film Festival

Pour sa 10ième édition L’ÉCU Film Festival (festival européen de films indépendants) a choisi Spirituo pour l’accompagner dans le choix de ses vins.
Partageant avec L’ECU film festival le goût de l’indépendance et de la qualité, nous sommes fiers de participer à sa réussite pour cette édition 2015.

Pour ceux d’entre-vous qui l’ignoriez, l’ÉCU Film Festival projettera les 10, 11 et 12 avril prochain, à Paris, 85 des meilleurs films indépendants du monde. A l’occasion, 32 pays seront représentés à travers 7 catégories. Nous y serons ! Avis aux amateurs, les billets pour assister aux différentes projections sont déjà en vente.

Retrouvez toute la présentation du festival ainsi que toutes les informations pratiques sur le site ou  la page Facebook du festival.

Les compos du WE – Chili con carne

Qu’est-ce qu’on mange ce Week-End ?
Le printemps arrive sur la pointe des pieds. C’est encore un peu court pour les fruits et les légumes juteux, alors profitons-en pour se jeter sur un classique simple et très apprécié. Chili con carne !

Et on boit quoi alors ?
Pour un plat aussi généreux et imposant il nous fallait un homme à la hauteur. Philippe du Lieu du vin (Paris 20ème) est celui-là ! Sur les haricots rouges et leurs épices il avance ses quilles. Elles seront puissantes ou rondes.

             

Vous en voulez d’autres ? Une autre compo est prévue la semaine prochaine !

Et si d’ici là vous cherchez désespérément à accorder vos plats, rendez-vous sur Accords Mets.

Vous avez une recette de famille que vous aimeriez accorder ? Soumettez-là nous, et on se fera un plaisir de la publier avec les quilles adéquates…

Les compos du WE – Colombo de poulet

Qu’est-ce qu’on mange ce Week-End ?
Les beaux jours sont sur le retour, cédons à la tentation de l’exotisme et délectons-nous d’un Colombo de poulet.

Et on boit quoi alors ?
Avec des plats épicés il faut du répondant. Gilles Hourquet de la cave Que du Bonheur convoque le Languedoc à la table : un rosé corsé ou une blanc sec et puissant ? les deux !

             

Vous en voulez d’autres ? Une autre compo est prévue la semaine prochaine !

Et si d’ici là vous cherchez désespérément à accorder vos plats, rendez-vous sur Accords Mets.

Vous avez une recette de famille que vous aimeriez accorder ? Soumettez-là nous, et on se fera un plaisir de la publier avec les quilles adéquates…

Dégustation whiskies & fromages – 9 mars 2015

Après deux premières dégustations d’initiation avec des whiskies typiques et typés, Camille, de la Cave de Lourmel (Paris 15), proposait lundi 9 mars une nouvelle promenade maltée avec des breuvages plus complexes et des fromages d’exception sélectionnés pour l’occasion par Laurent Dubois, meilleur ouvrier de France.

Le menu des réjouissances

Pour commencer, des whiskies qui ne sont ni disponibles chez les grands distributeurs généralistes, ni chez la grande maison parisienne spécialisée. Chouchous des amateurs et révélations pour les néophytes : 2 références de la maison Michel Couvreur.

Couvreur's Clearach           Overaged Malt whisky

Et pour accompagner parfaitement ces 2 breuvages, de la finesse  : Chèvre du PilatGruyère d’alpage.

Pour continuer, un whisky rare (774 bouteilles seulement !) comme la maison Signatory Vintage sait si bien les confectionner. Une véritable gourmandise.

Glen Rothes 1997

Un accompagnement de circonstance, du fromage écossais : Cheddar isle of mull.

Enfin, pour clôturer les débats, de la tourbe avec cette édition limitée d’une célèbre distillerie, Caol Ila.

Caol Ila

Pour profiter des puissants arômes de la bête, il fallait nécessairement un fromage qui a « du retour » : Bleu de Laqueuille.

Tous les fromages proposés sont à retrouver à la fromagerie Laurent Dubois, tous les whiskies et bien d’autres à la Cave de Lourmel.

Vous souhaitez participer à une prochaine dégustation, consultez nos évènements.
Pour l’organisation d’une dégustation privée, contactez-nous.

Les compos du WE – Cassolettes d’escargots

Qu’est-ce qu’on mange ce Week-End ?
Des petites bêtes à cornes tellement mignonnes quand il pleut et tellement appétissantes dans nos assiettes : des cassolettes d’escargots.

Et on boit quoi alors ?
Avec un guide tel que Gilles Hourquet c’est forcément Que du bonheur !
Un bonheur vêtu de blanc cette semaine, sec et minéral. A vous de choisir entre le Bourgogne et le Jura, selon l’humeur florale ou minérale de votre palais.

             

Vous en voulez d’autres ? Une autre compo est prévue la semaine prochaine !

Et si d’ici là vous cherchez désespérément à accorder vos plats, rendez-vous sur Accords Mets.

Vous avez une recette de famille que vous aimeriez accorder ? Soumettez-là nous, et on se fera un plaisir de la publier avec les quilles adéquates…

Ne plus oublier les bonnes bouteilles

Se souvenir de ses film préférés, facile, de ses yaourts préférés, facile, de ses chaussettes préférées, encore facile. S’il y a un truc pour lequel ça se gâte, c’est l’alcool et s’il y a un alcool pour lequel ça semble sans espoir, c’est le vin. Trop de cépages, trop d’appellations, trop d’années ! Ajoutez à ça des étiquettes qui changent à chaque cuvée et des cavistes qui déplacent les bouteilles d’une étagère à une autre pour le plaisir et ça devient du grand n’importe quoi… Comme une envie de se remettre à la grenadine (mais laquelle ?).

C’est con mais fallait y penser !

Heureusement, un journaliste « plus intelligent » que les autres s’est attaqué au problème et nous propose une méthode sans faille pour y remédier. Vous êtes assis ? Prêt à intégrer un procédé qui risque de révolutionner à jamais vos habitudes d’achat ? Allons-y :

« Il faut associer une image au nom d’un vin ! »

Ce n’est pas suffisamment clair ? N’ayez crainte, après l’exemple imbitable proposé par le champion du monde de la mémoire pour se souvenir de son Riesling préféré, le « Karthäuserhof Eitelsbacher», l’article de Slate.fr nous propose un exemple limpide pour nos humbles boites crâniennes :

« Pour se souvenir d’un Crozes-Hermitage : Marie-Josée Croze dans une maison de campagne retirée (un ermitage) »

Equation Croze
Imparable… ou pas ! Pour tous ceux qui, comme nous, avons la mémoire qui flanche et n’en sommes pas totalement convaincus, il existe d’autres solutions.

Mais comment faire alors  (!! Warning !! autopromo ) ?

L’idéal serait de pouvoir historiser ses achats et de mettre de côté les bouteilles dont on aimerait vraiment se souvenir, non seulement pour pouvoir les acheter à nouveau, mais aussi s’en servir de référence pour de nouveaux choix.

Plusieurs sites et applications proposent aujourd’hui des services permettant plus ou moins de répondre à ce besoin. De notre côté, nous vous proposons le « tout en un » !
Sur votre compte Spirituo, la bouteille que vous avez aimé, ses caractéristiques ainsi que le magasin où vous l’avez trouvée sont au même endroit. C’est sûrement moins drôle et prometteur que Marie-Josée Croze à la campagne mais ça a le mérite d’être un peu plus pratique.

Et si vous n’avez pas encore de compte Spirituo, c’est le moment : Inscrivez-vous !

Les 10 faux bienfaits du Whisky

Vrai ou Faux ?
Tout le monde est déjà tombé sur ces innombrables « listicles » qui vous expliquent comment devenir maître du monde en restant bien au chaud sous la couette. Rien de bien méchant en général, si ce n’est de colporter parfois de nombreuses informations erronées, concernant souvent la santé

Dans ce genre-là, et plus particulièrement parmi les sujets qui nous concernent, la fameuse liste des bienfaits du whisky… Basée sur des articles et recherches provenant notamment de Harvard, le Telegraph, le National Center for Biotechnology Information (Centre américain d’informations biotechnologiques), le Journal of Food Science et par des centres de recherche sur le cancer.  Je vais donc ici me faire un plaisir de démonter (presque) tous ces points, point par point..

Certes, le but de ce contre-article n’est pas de vous dégouter de l’alcool en général et du whisky en particulier, mais force est de constater que ces listes tiennent parfois bien de la désinformation, voire même de la dangereuse recommandation, en ce qui concerne le diabète.

Cet article tourne sur le net depuis quelques années et revient en force ces derniers temps, apparemment sous l’impulsion du site « The Luxury Spot ». Depuis, il est joyeusement pompé repris, traduit, et complétement modifié. Nous utiliserons donc sa récente version québécoise du Journal de Montréal.

1 – Empêche la prise de poids

« En plus de réduire l’appétit, le whisky est un alcool peu calorique, car on le consomme généralement en petite quantité »

FAUX : Evidemment, aucun aliment ne saurait empêcher la prise de poids, puisqu’il apporte de l’énergie, par définition. Le whisky, généralement embouteillé à 40%, est par exemple aussi calorique que le calvados, la vodka, le gin, les rhums agricoles. De plus, la majorité du whisky consommé dans le monde est bu pour s’alcooliser, dans un contexte de fête et mélangé avec des sodas ou de l’eau pétillante. Et il suffit d’en boire un à jeun pour constater soi-même s’il ouvre ou réduit l’appétit…

2 – Améliore la santé cardiaque

« Les antioxydants présents dans cet alcool empêchent l’accumulation du mauvais cholestérol dans les artères. Le whisky est l’une des seules boissons qui peuvent renforcer le cœur. Il réduit les risques de formation de caillots sanguins ainsi que ceux de faire une crise cardiaque »

FAUX : Les fameux antioxydants cités à longueur de cette liste seraient plutôt le bien seul acide ellagique, (présent à hauteur de 1.20g/litre dans le meilleur des cas) de la famille des fameux polyphénols, ou tannins issus des plantes. Ils sont effectivement antioxydants, mais ne sauraient contrer la concentration en radicaux libres dans le muscle cardiaque engendrée par l’absorption d’alcool. Pour ces choses-là, le vin rouge est certainement beaucoup plus intéressant.

3 – Combat le cancer

« Riche en antioxydants, le whisky contient notamment de l’acide ellagique, qui permettrait d’empêcher la prolifération des cellules cancéreuses. Il exercerait une action capitale dans la prévention du cancer de la peau, du poumon et de l’œsophage. Il peut aussi protéger le corps pendant un traitement de chimiothérapie »

Plus ou moins FAUX : De toutes les façons, les polyphénols se retrouvent partout dans notre alimentation, (on en absorbe au moins 1 g par jour) étant majoritairement responsables de la couleur des fruits et légumes (anthocyanes, quercétine). Quant à leurs propriétés anti cancer, elles n’ont pas pu être prouvées in vivo, idem pour la chimio. Ah oui, l’histoire d’amour entre l’alcool et l’œsophage, je vous la raconte ?

4 – Améliore la santé du cerveau

« Une étude menée en 2003 a conclu que le whisky réduit les risques de souffrir de démence et de la maladie d’Alzheimer ».

FAUX : Ce sont encore une fois les polyphénols qui sont ici censés être bénéfiques, mais ils sont trop peu concentrés dans le whisky. Cela ne peut contrecarrer les méfaits de l’alcool, qui entraîne des carences en vitamines essentielles pour le cerveau : La vitamine B1 qui régule l’assimilation des glucides (source d’énergie) dans le neurone ; La vitamine PP qui intervient dans la respiration cellulaire. Leur absence ou carence provoque une dégénérescence du neurone qui va finir par être détruit.

5 – Réduit les risques d’infarctus

« Le whisky améliore la circulation sanguine en aidant le corps à se débarrasser du cholestérol présent dans les vaisseaux sanguins. »

FAUX : Tout est une question de dose. Certes, la fabrication du « bon » cholestérol est stimulée parl’absorption d’alcool, et va venir chasser le « mauvais ». Mais l’alcool fort augmente sensiblement la tension artérielle, et ça votre système vasculaire, il n’aime pas ! (vaut aussi pour le point numéro 2).

6 – Combat le stress

« Le whisky aide à combattre l’anxiété et le stress, à calmer les nerfs et à détendre le corps. Il améliore la circulation sanguine et l’oxygénation des organes »

FAUX : Anxiolytique comme n’importe quel alcool, mais la détente musculaire sera de courte durée et l’effet sera inversé le lendemain ! Quant à la circulation et l’oxygénation, Humm… faites du sport !

7 – Bonifie la mémoire

« Les antioxydants présents dans le whisky améliorent la santé du cerveau en stimulant la mémoire. Ces propriétés, qui réduisent le risque de souffrir de démence, gardent le cerveau jeune et actif. »

TOUJOURS FAUX : Voir point 4.

8 – Favorise la digestion

« Le whisky a longtemps été utilisé comme remède pour les problèmes digestifs. Consommé après un repas, il aide à détendre le corps. Il réduit aussi l’appétit et les chances d’avoir des maux d’estomac ou une indigestion après avoir consommé un repas copieux ».

FAUX : Il détend tellement bien, que les muscles de l’estomac ne travaillent plus, ralentit la vidange de l’estomac, engendre un reflux œsophagien…. J’arrête là ?

9 – Allonge l’espérance de vie

« Puisque les antioxydants et les nutriments présents dans le whisky éloignent les maladies, l’espérance de vie des amateurs de la boisson est plus grande. Il empêche également la dégradation des cellules les plus importantes du corps, qui ne se régénèrent pas par elles-mêmes. »

FAUX : Pas exclusif au Whisky, le consensus actuel sur l’alcool étant que l’on vit mieux et plus longtemps en buvant modérément que si l’on est totalement abstinent.

10 – Sans danger pour les diabétiques

« Puisque le whisky contient très peu de glucides, il n’augmente pas le taux de sucre dans le sang. C’est ce qui en fait la boisson idéale pour les personnes souffrant de diabète ».

FAUX ! Toute édulcoration du whisky étant interdite, il ne fait certes pas augmenter la glycémie. Mais ! (Et là je cite l’Université de Montréal) : « La consommation d’alcool chez les diabétiques augmente le risque d’hypoglycémie, une condition caractérisée par une baisse anormale du sucre dans le sang. Lorsque vous buvez de l’alcool, votre foie s’active à l’éliminer de votre sang. Pour ce faire, il met de côté toutes ses autres activités, y compris le contrôle de la quantité de sucre qui circule dans le sang (glycémie). Ainsi, le glucose habituellement libéré est « emprisonné » dans le foie, ce qui peut alors affecter le contrôle de la glycémie… Un seul verre d’alcool est suffisant pour que votre foie ait plus de difficulté à produire du glucose. De plus, les risques d’hypoglycémie augmentent si l’alcool est pris à jeun. En effet, l’alcool ingéré le ventre vide est rapidement absorbé et se retrouve dans le sang en un clin d’œil. Boire aussi peu que 60 ml d’alcool à jeun peut déclencher une hypoglycémie sévère. »

Gaël Caté – Consultant en Spiritueux